08 mars 2011

Développement

Les pays en développement face à la crise
Bientôt un plan de soutien de l’Union européenne

De notre correspondant auprès de l’Union européenne, Jean Boole Ekumbaki
La crise actuelle a bouleversé la vie internationale dans de nombreux domaines. Ainsi, les rapports  nord-sud, en matière de coopération au développement, ne seront plus  comme avant. A propos de ces rapports, des experts pensent qu’ils pourraient être durement affectés par la frilosité qui caractérise le comportement des pays donateurs du fait de la crise.  Pour sortir de celle-ci, on voit les pays de l’Union européenne adopter des politiques économiques d’austérité et accorder la priorité aux plans de relance de leurs économies respectives. 
Le mois dernier, au niveau européen, le sommet des chefs d’Etat et de gouvernements a prévu 5 milliards d’euros pour venir en aide aux trois secteurs : énergie, Internet haut débit et environnement.
Par ailleurs, conscients que nous vivons dans un monde de plus en plus interdépendant et que c’est par la solidarité internationale  également que le monde peut juguler cette crise, les dirigeants européens ont, récemment, consenti une aide de 27 milliards d’euros dans le cadre de l’accord UE-ACP. Cette somme était destinée au financement par ces pays de certains programmes de leur développement.
C’est dans le cadre de la poursuite de cet élan de solidarité que l’Union européenne a concocté un plan ambitieux de soutien aux pays en développement face à la crise économique et financière. Ce plan fera partie de l’ensemble des mesures que l’Union européenne a prises afin de lutter contre la crise.
C’est M. Louis Michel, Commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire, qui rendra public ce plan, le 8 avril prochain, à Bruxelles. Cette annonce interviendra, une semaine après le sommet du G20 de Londres, car les Européens auront déjà convaincu d’autres partenaires de la nécessité de ne pas laisser les pays en développement au bord de la route. En plus, pour la Commission européenne, il n’est pas question que les pays en développement payent le prix d’une crise provoquée par les pays développés.
A cet effet, un communiqué de la Commission européenne souligne ceci : ‘une action coordonnée au niveau européen pourra démultiplier les effets positifs de ce plan qui bénéficiera aux pays en développement mais aussi à l’économie mondiale dans son ensemble. Investir dans le développement constitue en effet une partie de la réponse à la crise économique et financière actuelle’.
De leur côté, des Ong occidentales d’aide au développement, tenant compte du nouveau contexte créé par cette crise, se penchent sur les nouveaux défis de la coopération. C’est ce qui ressort des assises de la coopération au développement tenues, à Bruxelles, il y a quelques jour par le CNCD-11.11. 11 (Centre national de coopération au développement). C’est ainsi que lors de ces assises, les Ong belges ont insisté sur le renforcement des capacités des partenaires du Sud; identifiés comme acteurs de développement et de changement. En outre, il faut concourir à l’indépendance des partenaires toujours du sud. En d’autres termes, cela implique la garantie de la transparence réciproque,  la création d’espace de concertation, le droit de regard réciproque sur les processus de développement mis en place.
Par ces temps difficiles, de surcroît, un plan ambitieux soit-il qui ne respecterait pas ce point de vue, est susceptible d’avoir peu d’effets positifs sur l’aide au développement.

Boole Ekumbaki


Janvier 2009 : 26,3 milliards de déficit du commerce extérieur de l’union européenne avec le reste du monde

Pour l’Europe en crise, les nouvelles  ne sont pas toujours rassurantes. Le déficit du commerce extérieur est de 26,3 milliards d’euros dans ce que l’on appelle zone UE27 ( tous les États membres. Par contre, pour la zone euro ( ZE15, c’est-à-dire, les 15 États membres jusqu’au 31 décembre 2008 et la Slovénie, le 1er janvier2009, le déficit est 10,5 milliards d’euros. C’est la première estimation que vient de faire Eurostat (Office européen statistique des communautés européennes).
C’est dans le domaine de l’énergie que le déficit a plus augmenté (-363, 3 milliards d’euros). Par contre, on observe un accroissement de155,2 milliards pour les machines et les véhicules.
Par rapport aux USA, l’excédent commercial a diminué et le déficit commercial de l’UE 27 s’est accru avec la Chine. .C’est Allemagne suivie des Pays-Bas qui a affiché le plus fort excédent pour le commerce total des États membres.

 

L’Union européenne veut former 600.000 chercheurs

Plus de chercheurs en Europe, voilà l’ambition affichée par le vieux continent. En effet, d’ici à 2010, l’Européen s’est donné comme objectif de former 600 000 chercheurs car le développement et le progrès dépendent du niveau de la formation scientifique. Pour atteindre cet objectif, les États membres ont décidé de consacrer 3% de leur budget à la recherche et la formation. En plus, les États membres doivent envisager d’introduire  la portabilité des subventions  accordées aux chercheurs. Ce qui permettrait  aux chercheurs  de mener leurs recherches  dans des Etats  membres  si les infrastructures ne sont pas disponibles dans leurs pays d’origine. Il y aura aussi des chèques recherche. On fera promouvoir la mobilité des chercheurs et les échanges entre scientifiques en Europe.

 

 

 

Posté par jean23 à 13:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Développement

Nouveau commentaire